Home

Que¦übec Free - copie

 

Alors que, sous d’ a u t res latitudes, l’identité nationale est toujours un sujet brûlant, il est intéressant de constater que les JO de Vancouver relancent et ravivent, au Canada, une problématique du même style à défaut d’être comparable. Car il y a, évidemment, au coeur même de ce qui fonde le deuxième pays le plus étendu du monde, le choix incongru d’une cohabitation entre individus ne partageant pas ce qui semble être, ailleurs, le minimum commun : la langue. Le Canada n’est pas le seul pays dans ce cas, mais il se trouve que les JO mettent en lumière, aux yeux de la communauté internationale en particulier, les limites de ce choix de société. Comment les Canadiens francophones – qui maîtrisent, pour la plupart, parfaitement l’anglais – pourraient-ils avoir le sentiment que les Jeux se déroulent dans leur pays, alors même que leur langue maternelle a été totalement négligée lors de la cérémonie d’ouverture et qu’aucun de leurs compatriotes anglophones dans la ville hôte ne sait aligner trois mots de français ? Difficile, dès lors, d’imaginer un avenir commun aux Canadiens, et de ne pas penser qu’il va dans le sens de l’histoire que le Québec vive un jour… libre.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s