Home
Extrait d’article publié sur Revue Far Ouest le 10 avril 2020, à retrouver en intégralité ici.
Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable. Foyers privés de gants, de masque et de gel, mineurs renvoyés arbitrairement dans des familles où ils sont en danger, éducateur à bout… en Nouvelle-Aquitaine comme ailleurs, les dysfonctionnements sont légion.

« On sacrifie des gosses. » La voix est lasse, usée. Mais Lyes Louffok, qui incarne depuis plusieurs années la lutte en faveur des droits des enfants placés en France, reste combatif. Il se dit « catastrophé » par la situation actuelle et par les conséquences du confinement.

« Les dysfonctionnements de l’aide sociale à l’enfance (ASE) ne sont pas nés avec la crise sanitaire. Celle-ci ne fait que les mettre en lumière, mais elle les accentue aussi douloureusement », estime cet ancien enfant placé, auteur de Dans l’enfer des foyers, paru chez Flammarion. L’ASE est ce dispositif qui intervient dès lors qu’il y a des violences à l’intérieur des familles, mais aussi quand l’autorité des parents est défaillante.

Si la situation le permet, il peut être décidé de laisser l’enfant dans sa famille, mais en le faisant suivre par un éducateur. L’ASE a aussi le pouvoir de saisir le juge des enfants  ; lequel décide, dans certains cas, de confier l’enfant à des proches, à une famille d’accueil ou à un « lieu de vie », communément appelé « foyer ».

« Il y en a qui ont été renvoyés dans leurs familles alors même que le processus de retour n’était absolument pas terminé »

Tout au long du processus, chaque enfant est accompagné par un éducateur de l’ASE qui est son « fil rouge », et coordonne les actions des uns et des autres. L’ASE prend en charge les placements judiciaires décidés par le juge des enfants  : ils représentent 80  % des cas. Mais elle traite aussi des placements administratifs, ceux qui se font avec l’accord du ou des détenteurs de l’autorité parentale — qui peuvent y mettre fin à tout moment.

Les départements souverains

Depuis 1983 et la décentralisation, l’ASE relève de la responsabilité des départements. Ceux-ci lui ont consacré 8,3 milliards d’euros en 2018, mais avec des disparités énormes, car ils ont la liberté de lui attribuer le financement qu’ils souhaitent. En 2017, le Rhône n’y dédiait que 5  % de son budget, contre 19  % en Charente-Maritime. «  Il y a 101 départements, et autant de politiques différentes », résume Lyes Louffok.

Or cette institution est, y compris en temps normal, défaillante  : 70  % des jeunes suivis n’obtiennent pas de diplôme  ; les filles ont 13 fois plus de risques que la moyenne de tomber enceinte avant leur majorité  ; un SDF sur quatre est un ancien enfant placé. Et ce, alors même qu’ils ne représentent que 2  % des mineurs — 341 000 en 2017.

Au-delà des chiffres, profondément révélateurs, des drames viennent régulièrement pointer les failles de l’ASE  : le meurtre de la petite Vanille, à Angers, en février ou celui d’un mineur par un autre à Suresnes, quelques semaines plus tôt, l’ont douloureusement rappelé…

contagion, maladie, épidémie, pandémie, corona, coronavirus, covid-19, Bordeaux, Gironde, Sud-ouest, Far Ouest, Revue Far Ouest, enfant placé, ASE, juge de l'enfance, éducateurs

Un SDF sur quatre est une ancien enfant placé – Photo  : Jonathan Rados

C’est donc dans ce contexte que le confinement a été décrété, mi-mars. Avec des conséquences potentiellement dramatiques pour les enfants placés. « Il y en a qui ont été renvoyés dans leurs familles alors même que le processus de retour n’était absolument pas terminé », accuse Éric, éducateur spécialisé dans un foyer d’un département de Nouvelle-Aquitaine.

Dans certains cas, en effet, les enfants reviennent progressivement chez leurs parents  : quelques heures, puis un week-end, puis davantage de temps si les choses se passent bien, avant d’envisager d’y vivre à nouveau en permanence. Un processus long de plusieurs mois, qui peut être interrompu au moindre doute des services sociaux. «  Lorsque les enfants rentrent après ces séjours dans leurs familles, on s’aperçoit généralement très rapidement d’un éventuel problème. Là, on les appelle pour savoir comment ils vont, mais on ignore s’ils peuvent tout nous dire, s’ils ne sont pas surveillés ou menacés par leurs parents », poursuit Éric.

« On les abandonne à ceux qui ont été leurs bourreaux », corrobore Lyes Louffok. « Et ce, en-dehors de toute procédure légale, puisque seul le juge des enfants est habilité à renvoyer l’enfant dans sa famille dans le cadre d’un placement judiciaire. »

Lire la suite de l’article ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s