Home

Barcelone, le triomphe de Joseph Guardiola

 

En maintenant une philosophie du beau jeu, l’ancien milieu a permis aux Blaugrana de tout gagner cette saison.

Mes qu’un club. En lettres d’or, la devise orne les murs et les tribunes de Nou Camp, et tant de drapeaux aux couleurs Blaugrana. Les 100.000 culés (prononcez « coulesse ») réunis hier autour des ramblas pour fêter leurs héros le savent, leur Barça est « plus qu’un club ». C’est d’abord une idée du beau jeu qui traverse les époques : « La meilleure équipe a gagné. Pour Guardiola, c’est sensationnel de réussir un tel triplé la première année. Il a maintenu sa philosophie de jeu et mérite à ce titre tout le respect. »

« Hommage au football »

L’hommage est d’autant plus notable qu’il vient de sir Alex Ferguson, l’entraîneur de Manchester United, lequel a reconnu sans peine la virtuosité de son jeune homologue, digne héritier de Johan Cruyff et qui a su adapter le football total de son mentor sans jamais le dénaturer. «On a rejoint des équipes mythiques », s’enthousiasmait celui qui avait déjà gagné la Ligue des champions en tant que joueur en 1992 et qui avait affirmé, avant la finale, vouloir « rendre hommage au football». Ligue des champions, Liga, Coupe du roi : rien n’a donc échappé cette saison au Barça, qui a vécu « la meilleure saison de son histoire, même si elle n’est pas la meilleure équipe» que la Catalogne ait connue, selon Guardiola. Pas la meilleure ? A voir. Avec trois buts marqués en moyenne à chaque match cette saison, le trio offensif Messi-Henry-Eto’o a tout écrasé, et les milieux Xavi et Iniesta ont porté au pinacle le jeu court et la technique individuelle, comme la «Seleccion» l’avait fait lors du dernier Euro. « J’ai dit à Platini que l’Espagne allait gagner le Mondial », s’emballait même, après la rencontre, José Luis Zapatero. A l’image du président du gouvernement espagnol, les Espagnols n’avaient pas de mots assez forts, hier, pour qualifier la performance du Barça : « dans la légende », pour le Catalan El Periodico, « meilleure équipe du monde» pour El Pais. Les Blaugrana étaient même salués, suprême honneur, par les journaux madrilènes : « Cette équipe est une oeuvre d’art », disait Marca, qualifiant les joueurs de « nouveaux empereurs », quand ASévoquait une «fabuleuse victoire» qui «confirme la suprématie » du football espagnol. Avoir réussi à ranger de son côté les quotidiens de Madrid, là n’est pas la moindre des prouesses accomplies par Guardiola.

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s