Home

Pleurs de juillet

 

Samedi soir, l’Uruguay a donc bouté l’Argentine hors de « sa » Copa America. Nous étions le 16 juillet. Cette date ne vous dit peut-être rien mais à tout Brésilien elle rappellera, l’une des pires soirées de l’histoire du pays : ce jour de 1950 où les Auriverde ont perdu en finale de « leur » Coupe du monde, alors même qu’ils étaient si favoris que des… pièces de monnaie à l’effigie des internationaux avaient déjà été frappées. Devant 173.850 supporteurs médusés, l’Uruguay avait battu 2-1 le Brésil. Les jours suivant le « Maracanazo » – du nom du stade fraîchement inauguré –, une vague de suicides avait secoué le Brésil, et les joueurs finalistes avaient quasiment été mis au ban de la société. L’infortuné Moacir Barbosa, alors gardien de but, racontait même que, plusieurs décennies après le « Maracanazo », il fut arrêté en pleine rue par un homme à l’air grave le désignant à son fils : « Tu vois, petit, c’est l’homme qui a fait pleurer le Brésil. » Les Argentins savent à quoi s’attendre.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s