Home

Vent

 

«Et je suis sorti, en regrettant de ne pas avoir répondu “Na na na”. J’ai marché sous la pluie en refaisant une réponse mieux foutue “Na na na na na na”. » Voilà comment, dans une jolie chanson, Mathieu Bogaerts revenait avec légéreté sur ses rapports avec les journalistes. Voilà aussi, hier ce qu’ont entonné Evra, Abidal et Henry : « Na na na na na na. » De la langue de bois en chêne massif donc. Et après ? Est-il si important que cela de livrer des responsables à la vindicte populaire, de donner des noms en pâture, de tenter de comprendre, au fond, l’incompréhensible ? La Fédération, elle, doit tenter de tirer les leçons de ce fi asco pour que le football français ne reproduise pas de telles erreurs. Mais le grand public, lui, a-t-il besoin de ce déballage-là ? Ce qui se passe dans un groupe est suffi samment complexe pour n’être parfois pas compris par tous les membres de ce groupe, chacun en a fait l’expérience. Dès lors, les Bleus n’ont-ils pas raison de ne pas vouloir participer davantage d’une forme de voyeurisme ?

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s