Home

gaultier

Partageant sa vie entre Prague, d’où sa femme est originaire, et Aix-en-Provence, Grégory Gaultier, numéro deux mondial de squash, se sent véritablement chez lui quand il revient en PACA.

 

Difficile, lorsqu’on est né à Épinal, qu’on a grandi à Montbéliard puis à Aix-en-Provence, que l’on a une épouse tchèque et une famille installée dans le Doubs, de savoir vraiment d’où l’on est. Grégory Gaultier, pourtant, ne se pose même pas la question. « Mes attaches, elles sont évidemment ici », assure le numéro deux mondial de squash, vainqueur du très prestigieux US Open pour la deuxième fois en octobre dernier. « Je suis arrivé à Aix en classe de troisième, j’y ai rencontré la plupart de mes amis, que je retrouve encore le plus souvent possible. C’est là que je me sens le mieux… et j’ai été tellement bien accueilli que je ne me vois pas partir définitivement », poursuit le jeune papa, qui s’entraîne régulièrement au Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive (CREPS) de la ville, où il est licencié depuis l’âge de 14 ans. Naviguant aujourd’hui entre de multiples compétitions dans de nombreux pays, Prague et Aix-en-Provence, deux villes dans lesquelles il possède un appartement, Grégory Gaultier apprécie les voyages… mais goûte d’autant plus les moments où il revient chez lui.

 « J’adore les grandes villes, mais… »

« J’adore visiter de grandes villes, New York par exemple, explique-t-il. Y rester une semaine, ça me va très bien. Davantage, ce n’est pas possible ; trop de monde, trop bruyant, trop d’embouteillages… J’ai besoin de retrouver du calme et Aix-en-Provence est idéale pour cela. C’est une petite ville, mais on y trouve tout ce qu’il faut. J’aime les petites rues, les tables de restaurant dehors… » La gastronomie, précisément, semble bien être le péché mignon de Grégory Gaultier, comme le reflète sa sélection de lieux favoris (lire ci-contre) dans et autour de la capitale du calisson. « Oui, mais hélas, quand on est sportif de haut niveau, on n’a pas trop le droit de faire n’importe quoi », s’amuse le trentenaire. Qui, en revanche, se régale d’autres délices sans risque de surpoids : « les panoramas qu’on trouve dans le coin sont incroyables. Aller tout en haut de la Sainte-Victoire, se promener dans les calanques de Cassis, ce sont des moments inoubliables, que j’adore partager avec mon épouse. Elle aime aussi beaucoup, pendant que je m’entraîne, pouvoir flâner dans le centre-ville d’Aix. C’est pour cela qu’entre deux compétitions, on essaie de venir ici le plus souvent possible », précise Greg Gaultier, dont les « attaches », même rendues lâches par la vie d’un sportif professionnel, restent suffisamment fortes pour le ramener toujours au port qu’il a choisi.

Jean Berthelot de La Glétais

Article paru dans L’Equipe Mag du 30 novembre 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s