Home

Ken-grazia.png

Mise en exergue depuis la parution d’un livre consacré aux Premières Dames, mi-avril, la rivalité supposée entre Hillary Clinton et Michelle Obama ne devrait pas entraver la route vers la Maison-Blanche de la première.

C’est un secret de polichinelle pour tous les observateurs de la vie politique américaine : les relations entre l’actuelle First Lady, Michelle Obama, et Hillary Clinton, qui occupa ce rôle de 1993 à 2001, sont plus que fraîches. C’est ce que vient rappeler Kate Brower dans son dernier livre, First women*. Journaliste de formation, l’ancienne correspondante à la Maison-Blanche avait connu le succès l’an passé avec The Residence, une chronique de la vie présidentielle américaine qui s’était classée meilleure vente aux États-Unis durant plusieurs semaines. Cette fois encore, First women, sorti en avril, s’arrache auprès de lecteurs qui en retiennent principalement la mésentente entre Michelle Obama et Hillary Clinton, donc, quand bien même l’ouvrage est loin de leur être uniquement consacré. « Il faut dire que, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, il y a eu peu de rivalités entre les “First ladies” au fil du temps », explique Nicole Bacharan**, politologue franco-américaine et spécialiste des États-Unis. « Elles forment un petit club assez solidaire, même s’il y a évidemment des exceptions. Mais la dernière vraie animosité connue remonte à 1961, quand Jackie Kennedy, qui venait de donner naissance par césarienne à “John-John‘, a été accueillie sans aucun égard par Mamie Eisenhower, qui l’a contrainte à rester debout et à marcher longuement lors de la traditionnelle présentation de la Maison-Blanche. » Loin d’atteindre ce style d’extrémité, les rapports tendus entre Michelle Obama et Hillary Clinton marquent pourtant les esprits des Américains, et alimentent ces dernières semaines articles de presse et conversations sur les réseaux sociaux. « C’est assez logique », estime François Clémenceau, rédacteur en chef au Journal du Dimanche, ancien correspondant d’Europe 1 à Washington, auteur du Clan Obama et de Hillary Clinton de A à Z. « Les “bonnes feuilles” que les journaux mettent en exergue concernent souvent l’actualité, or l’actualité est au bilan d’Obama et à la campagne. Mais ce livre ne propose aucun scoop, il est un rappel du fait que les deux femmes ne se sont jamais vraiment entendues. »

« Préserver l’héritage Obama »

Dans First Women, en effet, aucune révélation sur des portes qui auraient claqué, des invectives échangées entre les deux femmes ou des attaques ad feminam. On parle plutôt de confidences de proches, de ressentis de conseillers, certes moins spectaculaires mais plus en phase avec les personnalités des deux femmes. « Michelle n’a jamais pardonné à Hillary ses attaques contre son mari, lors des Primaires démocrates de 2008 », rappelle Nicole Bacharan. « Mais ce sont des professionnelles de la politique et des gens qui ont de la classe, elles ne se répandent pas. Elles gardent pour elles ce qu’elles ressentent ».

Mais à quelques mois des élections présidentielles, le rappel de la distance entre les deux femmes pourrait-il desservir Hillary Clinton, probable candidate démocrate ? « Je suis convaincu que non », anticipe François Clémenceau. « Les Obama la soutiendront totalement, car ils savent que c’est dans leur intérêt et dans celui du Parti démocrate. Et puis ce n’est pas comme si les Américains découvraient les différences entre Michelle et Hillary ; ils les connaissent et s’en accommodent. Je crois que la première mettra toute sa popularité au service de la seconde, qui en manque encore un peu. » « Là encore, Michelle Obama fera sans doute preuve d’un grand professionnalisme et soutiendra sans réserve Hillary Clinton. C’est d’autant plus probable qu’il y a une chose à laquelle elle tient plus que tout : elle veut absolument que l’héritage politique de son mari soit préservé », corrobore Nicole Bacharan. Pas sûr, effectivement, que la réforme du système de santé, pour ne citer qu’elle, survive à un président républicain. Surtout s’il s’appelle Donald trump.

*Paru chez Harper Collins, qui n’a pas encore annoncé son intention de commercialiser le livre en France.

** Auteure du Sexe en Amérique, qui vient de paraître aux éditions Robert Laffont.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s