Home
Fernando Zylberberg, capitaine de la sélection argentine de hockey, est au cœur d'une énorme polémique entre son pays et l'Angleterre

Fernando Zylberberg, capitaine de la sélection argentine de hockey, est au cœur d’une énorme polémique entre son pays et l’Angleterre

Un spot diffusé en Argentine, profitant de la médiatisation des prochains JO pour revendiquer un retour des Malouines sous l’autorité de Buenos Aires, relance les tensions avec Londres au sujet de ces îles.

Le gouvernement argentin avait prévenu: son spot allait « connaître une répercussion internationale ». L’objectif est atteint, et même largement. Diffusée le week-end dernier sur les chaînes nationales, une publicité supposée faire la promotion de la délégation argentine à Londres déchaîne les passions, à Buenos Aires mais surtout en Angleterre. On y voit le capitaine de la sélection argentine de hockey, Fernando Zylberberg, s’entraîner jusqu’à épuisement dans les rues de la capitale des Malouines, embrassant le sable d’une plage et s’exerçant notamment sur les marches d’un monument aux morts britanniques lors du conflit qui avait opposé les deux pays, il y a précisément trente ans.

« Ils dansent sur nos tombes! »

Ces îles, situées à l’extrême sud de l’Argentine, sont des territoires du Royaume-Uni depuis 1833. En 1982, la junte militaire alors au pouvoir à Buenos Aires avait tenté d’en reprendre possession, avant d’en être chassée trois mois plus tard; la courte guerre a fait près de 9000 victimes, aux deux tiers argentines. L’affaire empoisonne depuis les relations entre les deux pays, mais jamais elles n’avaient été aussi déplorables qu’en ce moment. « Pour concourir en terre anglaise, nous nous entraînons en terre argentine », clame notamment le spot. Colère à Londres, évidemment, illustrée par un titre du Sun: « les Argentins dansent sur nos tombes! » enrage le quotidien.

L’Argentine ne retire rien

Le Comité international olympique (CIO), qui précise avoir « toujours veillé à séparer le sport de la politique », n’a pas vraiment apprécié la plaisanterie. « Les Jeux Olympiques ne doivent pas servir de base à l’expression de sujets politiques et le CIO regrette toute tentative d’utiliser l’éclairage des Jeux dans ce but », a-t-il rappelé, ajoutant être « en contact avec le comité olympique national argentin de façon régulière et (avoir) l’assurance qu'(il) ne se servira pas des jeux comme d’une plateforme politique et respectera entièrement la charte olympique ». En guise de réponse et sans jouer l’apaisement, la présidente argentine Cristina Kirchner vient de rappeler que son pays réclamait toujours un retour des Malouines dans son giron, et qu’elle ne « baisserait pas la voix », saisissant toute occasion pour faire entendre cette revendication à l’opinion internationale.

Jean Berthelot de La Glétais

Voici le spot en question:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s