Home

The¦übaud - copie

« J’ai tout raté. Comme j’étais sans ambition, peut-être ce tout n’était-il rien. » Parmi les hommes de lettre portugais, Fernando Pessoa est sans doute celui qui, par cette sentence en manière d’épitaphe, incarne le mieux l’état d’esprit de ses compatriotes. des qu’il s’agit de football, a tout le moins, ils semblent se transformer en autant d’hétéronymes dont le poète lisboète raffolait. Qu’ils sont fringants, ces petits danseurs, comme ils brillent, ces esthètes, mais comme ils perdent, aussi ! Et après ? Dans un sport qui ressemble de plus en plus a la vie, le culte du résultat n’est pas leur apanage, tant s’en faut. Faudrait-il qu’ils s’en excusent ? Non qu’ils ne veuillent pas gagner, mais ils ne sont pas prêts, pour y parvenir, a sacrifier leurs arabesques pour vaincre au prix de l’âpreté, de la sécheresse et de la force brutale. Au bling-bling des médailles et des coupes, ils semblent préférer le clapclap des amateurs de beau jeu ; l’extase ultime du football sans le but. Ils portent en cela la mémoire de nombre d’amoureux du football, dont celle de l’immense François Thébaud. Disparu hier, l’ancien rédacteur en chef du Miroir du football laisse orphelins tous ceux de ses confrères qui se faisaient, comme lui-même l’écrivait, « une autre idée du football et du journalisme  ». Puisse le bon maître enfin retrouver Garrincha, Puskas ou Sindelar ; ils sauront l’accueillir en ami.

Par Jean Berthelot de La Glétais

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s