Home

Sébastien le touxAnonyme en France, Sébastien Le Toux, ancien Lorientais, explose aux Etats-Unis, au point de rêver à un destin international sous le maillot américain.

«Le Three ! Le Three ! » Difficile, pour Sébastien Le Toux, de se promener tranquillement dans les rues de Philadelphie ces derniers jours. L’attaquant français de 26 ans est devenu la coqueluche des supporteurs locaux depuis son triplé en deuxième journée de la saison de Major League Soccer (MLS), il y a deux semaines contre Washington. Philadelphie l’avait emporté (3-2), et Le Toux – phonétiquement « Le Deux » en anglais – gagné un surnom, « Le three », donc, en référence à ses trois buts salvateurs et pour le moins variés. « Sur le premier, je reçois une belle passe en profondeur et je fais la différence en vitesse, se souvient Le Toux. Je place une frappe croisée dans le petit filet ; j’adore ce genre de buts, ça m’a vraiment mis en confiance pour la suite. Pour le deuxième, je suis bien placé dans la surface et j’arrive à placer ma tête, ce qui d’habitude n’est pas mon point fort. Le troisième but est un coup franc ; je me sentais en confiance, je l’ai tenté et c’est entré. » Pour avoir offert une victoire lors de son tout premier match à domicile au Philadelphia Union, franchise nouvellement créée, Le Toux est donc entré dans l’histoire de la MLS. Le Breton n’en était pourtant pas à son premier fait d’armes ; depuis 2007, il est même un joueur reconnu aux Etats-Unis.

Seattle, rampe de lancement

Formé à Rennes où il remporte la Gambardella, la Coupe de France des jeunes, en 2003, Sébastien Le Toux est transféré à Lorient en 2004, à 19 ans. Alors arrière droit, il ne dispute que des bouts de matches en Ligue 2 avec les Merlus, barré par Marc Boutruche. Au bout de deux saisons, son contrat s’achève et n’est pas renouvelé, le laissant sur le carreau sans contact précis avec un club professionnel français. « C’est alors que j’ai reçu la proposition d’un agent, qui m’offrait la possibilité, avec d’autres joueurs au chômage, de disputer une exhibition aux Etats-Unis, devant les yeux de recruteurs locaux, se souvient Sébastien Le Toux. J’ai saisi cette occasion et je me suis plutôt bien débrouillé lors de ce match. Quelques jours plus tard, les dirigeants de Dallas m’ont appelé. J’ai fait un essai là-bas qui n’a pas abouti, puis c’est Seattle qui m’a contacté. » La suite se déroule comme dans un rêve pour Sébastien Le Toux : vite adopté par les supporteurs locaux, il devient la star d’une formation alors en USL (la Ligue 2 locale), terminant meilleur buteur et meilleur joueur de cette division en 2007-2008, conséquence d’un repositionnement tactique.

Ballotté à tous les postes

« A part gardien, j’ai tout fait ! », s’amuse Le Toux. « J’ai donc commencé arrière droit, ce qui était mon poste à Lorient, puis je suis passé défenseur central, avant de monter en milieu récupérateur, sur demande de l’entraîneur de Seattle. Ensuite, comme il a estimé que j’avais certaines qualités d’organisation, il m’a positionné milieu droit, enfin j’ai terminé deuxième attaquant… » C’est donc pour ses qualités de « neuf et demi », finisseur capable de revenir aider à l’organisation du jeu, que Sébastien Le Toux a été recruté, il y a quelques semaines et après une première saison au plus haut niveau avec Seattle en 2008-2009, par Philadelphie, au grand dam des supporteurs de son ancienne équipe, dont les hommages sur Internet se sont multipliés. Dans la capitale de la Pennsylvanie, Le Toux n’est pas vraiment dépaysé : « C’est une ville très européenne, explique-t-il, qui a une histoire plus ancienne que la plupart des cités américaines. Il y a donc beaucoup de choses à découvrir, et les gens sont, en plus, férus de football : pour le premier match, le stade était comble, 35.000 personnes s’étaient déplacées. » Joli score pour du « soccer », d’autant que la rencontre se jouait dans le stade de football américain de la ville, l’enceinte du Philadelphia Union étant en phase finale de construction.

Le Mondial sous le maillot américain ?

« Pour le tout premier match de l’histoire à domicile, c’est incroyable d’avoir réussi un triplé, savoure Le Toux. Je ne pouvais pas mieux lancer mon aventure ici. » Depuis, les choses se sont un peu compliquées pour Philadelphie : battus à Toronto (2-1), après une défaite initiale à… Seattle (2-0), l’ancienne équipe de Le Toux, la franchise ne compte donc qu’une victoire en trois matches. Pas de quoi inquiéter le Français, dont l’objectif avec son club reste clairement identifié : « Nous visons les play-offs, prévient-il. Hormis les Los Angeles Galaxy, il n’y a pas d’équipe clairement au-dessus du lot, donc nous avons nos chances. » A titre personnel, Le Toux a aussi des ambitions précises. « Je me suis fixé un nombre de buts à marquer, à partir duquel j’aurais eu le sentiment d’avoir réussi ma saison. Par superstition, je ne vous dis pas lequel. » Voilà pour les objectifs… Le rêve, lui, est nettement plus original, fait de bannière étoilée. « Quand on joue, on a forcément des rêves, sourit Le Toux. Le mien est de devenir international avec la sélection des Etats-Unis. Mais pour cela, il faut d’abord que j’acquière la nationalité américaine, ce qui pourrait ne pas tarder, et surtout que je brille dans mon club. Pour l’instant, ce n’est donc pas du tout d’actualité, d’autant qu’il y a déjà de très bons joueurs en attaque. Mais, qui sait… » Peutêtre Bob Bradley, le sélectionneur américain, remarquera-t-il cet attaquant polyvalent à temps pour l’emmener au Mondial, où les Etats-Unis pourraient, pourquoi pas, croiser la route de… la France. « Ce serait phénoménal, s’exclame Le Toux. Mais bon, je n’ai pas encore de baguette magique, malheureusement ! » Foin de baguette pour le Français, certes, mais beaucoup de qualités qui donnent à Sébastien Le Toux le droit de rêver tout haut.

Jean Berthelot de La Glétais

(*) Une étoile est née.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s