Home

Comme une balle perdueComme une balle perdue bis

Créée de toutes pièces, la rivalité OM-PSG fait peser depuis une quinzaine d’années un climat délétère sur l’ensemble du football français, quand bien même les deux clubs ne se disputent plus la suprématie nationale depuis longtemps.

Il s’appelle Geoffrey Dilly, et à 26 ans ne marchera jamais plus. Ont-ils ressenti une once de culpabilité, ces apprentis sorciers, ces Dr Frankenstein de seconde zone, en apprenant que le jeune supporter marseillais resterait tétraplégique pour avoir reçu en 2000 un siège lancé des tribunes parisiennes, victime de la haine – absurde, forcément – artificiellement créée ex nihilo par quelques cyniques désireux de survendre une affiche qui a, depuis, largement perdu de son lustre ?

Et le sport ?

Montée de toutes pièces au début des années 1990 par Bernard Tapie notamment, la pseudo-rivalité entre l’OM et le PSG continue, plus de quinze ans plus tard, de mobiliser nombre de policiers et de faire trembler la France du football. Sportivement, pourtant, la confrontation de demain entre les deux clubs phares peut certes être intéressante, en ce que les effectifs comptent dans leurs rangs quelques éléments de premier ordre (Mandanda, Landreau, Rothen, Nasri, Cissé, Pauleta…), mais elle devrait une nouvelle fois accoucher d’un match fermé, crispé par un enjeu gonflé et une tension dans les tribunes palpable du terrain. Les supporters marseillais ont déjà ouvert les hostilités après la victoire contre le Spartak, mercredi, plaçant le débat à un très haut niveau. Le sport sort rarement grandi de ces rendez-vous, et il serait de la responsabilité de la Ligue, des joueurs et des dirigeants des deux clubs de dépassionner cette rivalité factice. A entendre Pape Diouf, qui en provoquant les supporters parisiens a cru bon de jeter de l’huile sur le feu tout en prétendant éteindre les incendies, les pompiers pyromanes ont encore de beaux jours devant eux. Geoffrey Dilly, lui, observe tout cela depuis un fauteuil, qui roule loin des cyniques et des veules.

Jean Berthelot de la Glétais

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s