Home

Govou, l'impossible monsieur Sidney

 

Revenu à la compétition mardi contre Nantes (3-0) après quatre mois d’absence, le septuple champion de France lyonnais a peut-être davantage manqué à son club qu’on pourrait le penser…

« Et le matou revient, le jour suivant, et le matou revient, il est toujours vivant… » Mélomane averti, Sidney Govou connaît peut-être la comptine de Steve Waring, que tous les enfants passés par une colonie de vacances ont un jour entonnée et qui raconte les aventures d’un chat dont le maître, malgré de multiples tentatives, ne parvient jamais à se débarrasser. Comme l’infortuné félin, Sidney Govou a, chaque année, vu ses « propriétaires », en l’occurrence les dirigeants de l’Olympique Lyonnais, tenter de le vendre, sans jamais trouver acquéreur. Sur le terrain, pourtant, l’international a toujours répondu présent, tenant son couloir droit avec beauc o u p d’adresse offensive et de pugnacité défensive, affichant souvent une belle complémentarité avec le latéral droit auquel il est associé. Le problème est donc ailleurs. Personnalité attachante, Sidney Govou est l’un des rares joueurs professionnels à avouer ne pas vraiment aimer le football, et préfère écouter de la musique, regarder un film ou lire un livre plutôt que de suivre un match. Cultivé, le natif du Puyen- Velay est une tête bien faite, ce qui déplaît dans un milieu où bêler avec les autres et ânonner trois lieux communs est plus souvent la règle.

« Grande gueule »

« Des gens prétendent qu’il suffirait qu’on fasse un effort tous ensemble pour créer une unité, mais non, ils se trompent. Ce n’est pas quelque chose qui se crée. L’unité, soit elle existe, soit elle n’existe pas. Chez nous, elle n’existe pas. » En janvier dernier, Sidney Govou avait jeté un pavé dans la mare en se confiant au bihebdomadaire France Football, et avoué ce qui d’ordinaire se tait. « Depuis des années, on formait une vraie famille à l’OL mais cette saison, ça n’a plus été le cas. Il y a eu davantage de comportements égoïstes. En grande partie à cause de ce problème autour de Juninho », avait-il aussi confié à Lyon Mag,quelques mois plus tôt. Les faits, aujourd’hui, semblent lui donner raison, mais c’est précisément pour ce genre de sortie que le milieu offensif est vu comme une personnalité ingérable, une « grande gueule » dont l’interpellation au volant de sa voiture en décembre dernier, en état d’ébriété, n’a pas vraiment arrangé l’image.

Sous-évalué

Ingérable, Sidney Govou ? L’immense majorité de ses partenaires loue l’équipier modèle, dresse le portrait du joueur doué capable de se muer en tâcheron pour le bien de sa formation. Par ses éclairs de génie, certes par intermittence, par son abnégation, continuelle, l’homme aux 46 buts en 258 matches de L1 tire en permanence un collectif vers le haut. Revenu mardi contre Nantes (3-0), Govou avait manqué quatre mois de compétition, laissant début janvier une équipe encore en lice en Ligue des champions et en tête de la L1 pour retrouver à la mi-mai une formation sortie sans gloire en Coupe d’Europe, qui n’a presque plus aucune chance de conserver son sceptre en Championnat de France. Voir la raison de cette dégringolade dans la seule absence de Govou serait sans doute exagéré mais, au regard des difficultés éprouvées par Lyon pour aligner des ailiers compétitifs notamment, il semble clair que les deux soient liés. Ce qui ne devrait pas empêcher l’OL d e mettre sur le marché son international au prochain mercato, et de ne pas trouver d’acquéreur potentiel, entretenant par là même la légende de l’un des joueurs les plus sous-évalués du football français.

Jean Berthelot de la Glétais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s