Home

Le PSG, un naufrage collectif

 

Classé onzième, Paris sombre dans l’anonymat. Les supporteurs sont en colère. Mais, selon l’actionnaire principal, « tout va bien »… Etat – inquiétant – des lieux.

1. Un actionnaire distant et trop frileux

Aux « Colony, démission ! » entendus mercredi dans les travées du Parc, Sébastien Bazin a répondu en se disant prêt à discuter avec les supporteurs. Le représentant du principal actionnaire du PSG, qui assure ne « pas être en colère » contre ses joueurs, aura sans doute bien du mal à les convaincre de son attachement revendiqué au club. Le public parisien reproche principalement au fonds d’investissement américain de ne pas avoir de projet sportif, Colony Capital n’ayant jamais caché être entré dans le capital du PSG pour mener à bien une vaste opération immobilière centrée sur le Parc des Princes. Ces visées n’ont pas empêché Colony d’investir 60 millions d’euros dans le PSG depuis son arrivée, en 2006, mais être le quatrième budget de L1 n’autorise pas de folies en matière de transferts. C’est précisément cette frilosité qui déplaît aussi au public, lui qui rêve d’un retour des stars au Parc des Princes. Les appels au départ de Colony Capital se multiplient donc depuis plusieurs mois et le fonds américain lui-même n’exclurait pas de revendre le club, cherchant même, en privé, un repreneur ; difficile, dans ces conditions, de stabiliser un PSG en recherche constante de continuité.

2. Des cadres à la dérive

Après le but contre son camp, à Guingamp, d’un Sakho qui peine à confirmer son formidable potentiel – présumé, en tout cas –, après le cafouillage de Ceara à Lille ayant favorisé la tête victorieuse de Balmont, c’est Edel qui a craqué face à Monaco. Inexplicablement, le gardien arménocamerounais a propulsé dans ses filets un centre anodin de Muratori alors qu’aucun Monégasque ne le menaçait. En attaque, Luyindula a fait preuve d’une maladresse insigne ; face à un Ruffier certes en grande forme, l’attaquant s’est procuré cinq occasions extrêmement nettes, sans en mettre une seule au fond. Un manque de réalisme indigne auquel s’ajoute une forme de malchance, puisque les Parisiens ont frappé deux fois les montants monégasques. Beaucoup de joueurs semblent donc extrêmement fébriles, comme si le contexte était trop pesant pour eux ; à leur décharge, le spectacle, dans les tribunes, de supporteurs s’écharpant sur l’air des lampions n’est pas des plus apaisant.

Un effectif trop limité

En attendant le retour de Coupet, prévu d’ici à deux mois, le PSG doit faire avec Edel. « Qu’il ne s’inquiète pas, il va se rattraper et il va nous rapporter des points », a dit de lui Antoine Kombouaré après Monaco. Il vaudrait mieux que ce soit le cas, car le PSG n’a de toute façon pas le choix, ne pouvant pas vraiment compter sur Willy Grondin, troisième gardien promis à quelques intérims ponctuels. Pour pallier la baisse de forme de Jérémy Clément, moins en vue ces derniers temps, Antoine Kombouaré a fait appel à N’Goyi contre Monaco. Le jeune récupérateur est sans doute prometteur, mais il n’a pas su s’élever au niveau de l’enjeu. Pour combler l’absence de Sessegnon, c’est Chantôme qui a occupé le couloir gauche ; le jeune Francilien formé au PSG est bien plus un joueur d’axe que de couloir et son manque d’explosivité a pesé lourd. En attaque enfin, dans l’attente du rétablissement total d’Hoarau, entré vingt minutes mercredi, Luyindula n’a cessé de décevoir, alors qu’Erding tarde à confirmer. Dynamique, Jean-Eudes Maurice a fait bonne impression sans parvenir à être décisif. Dans toutes les lignes, il semble donc que Paris souffre du manque de concurrence et de solutions alternatives. Kezman et Rothen, eux, étaient bien au chaud dans les tribunes, contre Monaco.

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s