Home

Comment bien rater son transfert

 

En cette période de mercato, nombreux sont les joueurs à ne pas respecter leurs engagements et à tenter l’épreuve de force pour être transférés. Avec plus ou moins de bonheur…

Que les footballeurs privilégient, parfois, leurs intérêts financiers à leurs engagements, n’honorant pas une ou plusieurs années de contrat, n’a en soi rien d’infamant. Les sommes de plus en plus folles dépensées par les clubs pour débaucher les meilleurs semblent toutefois les pousser à certaines extrémités pour changer d’horizon. Sauf que parfois, les clubs ont gain de cause et leurs tentatives échouent lamentablement. Petit tour d’horizon des bides en la matière.

1.« AU REVOIR,AU REVOIR, PRÉSIDENT ! » OU MÉTHODE ROTHEN

Comme dans la célèbre publicité pour la Loterie nationale, certains, comme Jérôme Rothen, choisissent le départ en fanfare. Le milieu parisien n’a certes pas débarqué dans le bureau de Bazin déguisé en volatile mais il a fortement chargé ses dirigeants dans des déclarations à L’Equipe. Alain Roche ? « C’est simple, il a passé son temps à me fracasser. » Sébastien Bazin ? « C’est à peine s’il me dit bonjour ». « Avec de tels dirigeants, je ne peux pas rester », conclut Rothen. Hé bien si, puisque le gaucher a un contrat qui court jusqu’en 2011 à Paris et même à 2 millions d’euros, personne n’en veut. Même pas Blackburn. Sept jours de mise à pied plus tard, Rothen reprendra l’entraînement demain, sous les regards bienveillants de Bazin et de Roche notamment. Décontracté.

2.« VOUS ÊTES TROP NULS ! » OU MÉTHODE RIBÉRY

Août 2006. Depuis plusieurs semaines, Franck Ribéry tente de quitter l’OM pour jouer à Lyon. A court d’argument, le milieu offensif avance finalement le faible niveau présumé de ses partenaires pour justifier ses velléités. « Je veux jouer à côté de grands joueurs », claironne-t-il. Il est finalement retenu par Pape Diouf, et reste donc pour une saison évoluer notamment avec Renato Civelli, qui est grand (1m93) et joueur, puisqu’il manquera de se noyer un peu plus tard en pêchant à la ligne. Le psychodrame actuel, provoqué par ses velléités de départ au Real, prouve que Ribéry pense donc toujours qu’aller au bras de fer est la meilleure solution. «Ce sera le Real ou rien », a-t-il lâché il y a quelques jours. « Ce ne sera rien », lui a répondu son entraîneur au Bayern.

3.« JAMAIS PLUS JAMAIS » OU MÉTHODE BRIAND

« Je ne porterai plus le maillot de Rennes », avait assuré Jimmy Briand l’été dernier, engageant le bras de fer avec son club alors que le PSG lui faisait les yeux doux. Le pataud attaquant rennais n’est visiblement pas meilleur en pronostic qu’en football : après avoir boudé le stage d’avantsaison, Briand a finalement repris le chemin du Stade de la Route de Lorient, et donc porté à 27 reprises le maillot breton. Avant de se rompre les ligaments croisés, en mai dernier avec les Bleus.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s