Home

Guy Noves

 

Guy Novès,le manager du Stade Toulousain,revient sur les ambitions de son club, triple champion d’Europe,quelques heures avant ses débuts en H Cup à Edimbourg (16 h 30). Confiant,Novès regrette cependant de n’avoir pas eu beaucoup de temps pour préparer sa saison…

FRANCESOIR. Le Stade Toulousain est-il prêt à entamer la Coupe d’Europe ?

GUY NOVÈS. Je regrette que nos joueurs n’aient eu que 15 jours de récupération après la Coupe du monde. C’est un manque de respect. A part ça, ce sera dur car il n’y a que du gros dans notre poule, entre Edimbourg, Leinster et Leicester. Cette préparation tronquée fait que l’on part un peu dans l’inconnu. Ça me dérange, comme m’ennuie le fait que ces dernières saisons l’arbitrage n’ait pas toujours été au niveau. Je me souviens notamment d’un match arbitré par M. White où l’on n’avait pas été gâté (NDLR :Toulouse-Llanelli en décembre, 34-41). Il y a des choses contre lesquelles on ne peut pas lutter.

Cette Coupe d’Europe est tout de même une chance pour Toulouse ?

Bien sûr, le rugby évolue, le niveau change, les équipes se sont renforcées… Même les provinces irlandaises attirent des joueurs étrangers, ce qui est un peu paradoxal car elles ont une vocation de représentation régionale. On va essayer de cumuler les trois compétitions, la Coupe d’Europe, le Championnat et la Coupe du monde que beaucoup de nos joueurs ont disputée.

La priorité reste-t-elle le Top 14 ?

Non, il n’y a pas de priorité. La seule priorité, c’est le match qui vient. Quand je vois certains clubs annoncer qu’ils vont gagner et comment ils vont gagner, je suis dubitatif. Moi je dis juste qu’on va faire le maximum, mais il y a tant d’incertitudes qu’on ne peut pas en promettre davantage.

Qu’attendez-vous de cette H Cup ?

On va se confronter aux meilleurs joueurs anglais et étrangers, c’est très positif. On va continuer à apprendre beaucoup, à connaître des cultures et des mentalités différentes. C’est enrichissant.

Après son retrait de l’équipe de France, Fabien Pelous envisage-t-il de prendre aussi du recul avec Toulouse ?

Non, s’il le souhaite on verra, mais pour l’heure il se prépare normalement et je ne crois pas qu’il souhaite arrêter de jouer.

Comment se passe la cohabitation entre Kelleher, la star des All Blacks, et Elissalde, qui seront concurrents cette saison au poste de demi de mêlée ?

(Il sourit.) C’est une horreur, ça ne se passe pas bien du tout. Ils passent leur temps à se taper dessus, on a été obligés de mettre en place un système pour qu’ils ne se croisent jamais dans les vestiaires. Plus sérieusement, entre les matches de Top 14, de H Cup et les rencontres internationales, il y aura du temps de jeu pour tout le monde. J’ai ainsi calculé qu’en jouant pour l’équipe de France Elissalde manquera au minimum 6 ou 7 matches, vraisemblablement 8 ou 9. Il faut bien avoir un choix avec des joueurs de très haut niveau, d’autant qu’ils peuvent aussi jouer ensemble et former la charnière. Kelleher et Elissalde sont des professionnels, ils comprennent parfaitement cet état de fait et s’entraînent bien, apprenant beaucoup l’un de l’autre.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s