Home

4,3,2,1 - copie

 

Avant-hier, pas grand monde ne connaissait Marion Rolland. Hier matin, la descendeuse de 27 ans était une superstar pour sa version toute personnelle de « Bambi fait du ski ». Ne manquait que maman biche sortant de la forêt pour l’aider à se relever… Cela dit, la raillerie est facile, et passé le premier moment, elle devient presque troublante, pas seulement parce que la skieuse des Deux-Alpes s’est rompu, sur le coup, les ligaments croisés. Il y avait là, dans ces quatre secondes – juste le temps pour le commentateur de lâcher un terrible « Les espoirs de la descente française sont sur ses épaules, qu’elle a solides » –, une drôle de métaphore. « Toutes les joies, tous les soucis des amours qui durent toujours, on les retrouve en un seul jour dans nos petites amours d’un jour », écrivait Paul Fort dans La Marine. Voilà pourquoi, mercredi, malgré l’envie de railler son infortune nous nous sommes sentis si proches de Marion Rolland. Car, par amour ou non, qui n’a jamais espéré, tenté puis chuté ?

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s