Home

Re¦üvolution - copie

 

Il y a deux éléments d’immense qualité dans la sélection russe : Andrei Arshavin et le collectif. Le premier est un excellent buteur, qui sait aussi animer le jeu et descendre pour appuyer son milieu ; il n’est cependant peut-être pas le meilleur à son poste et ne suffirait pas, à lui seul, à faire la différence. C’est d’abord l’animation collective des Russes qui leur a permis de se hisser en quart de finale. Rarement, en effet, une équipe aura fait preuve d’autant de complémentarité et d’une si belle entente au service du jeu. En 2004, les Grecs avaient fait montre de beaucoup de solidarité et de solidité défensive, mais avaient eu bien du mal à enchaîner deux passes. Une-deux, appels redoublés, anticipation, voilà le lot de ces Russes qui rafraîchissent un football international sclérosé, crispé sur une nécessaire imperméabilité défensive. Même les Pays- Bas, pourtant élevés au culte du beau jeu, n’affichent pas une telle entente. Leurs talents individuels sont en revanche supérieurs, indéniablement, encore que leur défense risque de souffrir demain soir face à la vivacité des attaquants russes. Pour ce bol d’air, pour leur capacité à ramener le football à ce qu’il est originellement, ces Russes mériteraient de mieux figurer encore dans cet Euro. A eux de jouer, jouer et jouer encore.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s