Home

Le camp Landis mène le bal des faux culs

 

Malgré la mise en cause de Floyd Landis, l’équipe Phonak, à laquelle appartient l’Américain, continue de vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Affligeant.

On pourrait s’attendre à ce qu’ils fassent profil bas, qu’ils organisent discrètement leur défense, qu’ils condamnent un minimum leur leader. Mais non. Les dirigeants de Phonak se sont groupés autour de Landis, essayant de nous faire croire que ce bon Floyd est simplement un type accrocheur, que les corn flakes au sucre ont surmotivé au matin de Morzine : « Je défends Landis sur ses qualités physiques, à savoir qu’il appartient à une catégorie de coureurs capables de réussir des exploits », estime ainsi Jacques Michaud, le directeur sportif de l’équipe suisse. « Si on lui laisse neuf minutes à 60 kilomètres de l’arrivée avec un final en montagne, on ne le revoit plus avant la ligne. C’est la même chose qui arriverait avec des coureurs tels que Klöden ou d’autres gros moteurs du peloton », ajoute-t-il. Jacques Michaud va même plus loin, reprochant aux médias de ne pas mettre assez en avant les prédispositions physiques de son coureur : « Dans tous les commentaires, plus personne ne ressort les qualités intrinsèques de Floyd. (…) Si Floyd avait eu recours au dopage, nous l’aurions su automatiquement. » Tout est dit.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s