Home

Le Canada, malade de son hockey

 

Depuis qu’un terrible choc a manqué tuer un hockeyeur de Montréal, mardi, tout le pays s’interroge sur son sport fétiche.

Cela s’appelle une mise en échec. En l’espèce, cela a bien failli s’appeler une mise à mort. Dernière minute du deuxième tiers-temps du match entre les Bruins de Boston et les Canadiens de Montréal, mardi soir, l’attaquant de l’équipe québécoise, Max Pacioretty, s’apprête à récupérer le palet, à quelques centimètres de la barrière délimitant l’aire de jeu. Le géant slovaque des Bruins, Zdeno Chara (2,06 m, 115 kg), se rue alors sur le jeune joueur de 22 ans et le précipite contre la paroi ; la tête de l’Américain heurte le poteau soutenant une baie vitrée. « Le son que ça a fait, c’est ce qui va me rester. On s’est d’ailleurs tous regardé en se disant : “As-tu entendu ça ?” Ce n’était pas le genre de son qu’on entend habituellement », témoigne Scott Gomez, le centre de Montréal. Pacioretty perd rapidement conscience avant d’être transporté à l’hôpital, où le diagnostic tombe, terrible : commotion cérébrale et fracture d’une vertèbre cervicale.

“On nous enseigne à frapper pour faire mal”

Depuis, tout le Canada est sous le choc. Les nouvelles de Max Pacioretty sont certes rassurantes puisque le joueur ne devrait pas avoir de séquelles graves et pourrait même être capable de rejouer au hockey dès l’automne prochain, mais il est bel et bien passé à deux doigts de la mort. Déjà pointé du doigt depuis plusieurs mois pour des accidents moins graves, le hockey est désormais au coeur de toutes les interrogations, d’autant que la Ligue de hockey (NHL) a annoncé qu’aucune sanction ne serait prise contre Chara. « Il a tenté de diriger ma tête contre le poteau coussiné. On sait tous où il se trouve sur la patinoire », a pourtant assuré Pacioretty. « Quelqu’un devrat- il mourir pour que les règles changent ? » se demandait, en une, le quotidien National Post, jeudi. Le Premier ministre lui-même est intervenu pour sommer la Ligue d’intervenir et de faire évoluer ses règles : « Nous sommes tous préoccupés par le nombre de blessures très graves que nous avons vues ces derniers temps, et j’espère que la NHL aussi », a dit Stephen Harper. « Je pense que c’est une chose à laquelle ils devront s’attaquer », a-til ajouté. « Depuis qu’on est jeune, on nous enseigne à frapper pour faire mal », a résumé Mike Cammalleri, coéquipier de Pacioretty. La NHL entendra- t-elle l’indignation des Canadiens et fera-t-elle évoluer les règles du hockey ? Le risque de dénaturer en partie ce sport existe, mais face à celui de perdre des vies humaines il pèse évidemment peu lourd. Tout le Canada veut y croire.

 

Jean Berthelot de la Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s