Home
Buscher 2

Photo Arthur Perset

Affable et disert, Gérard Buscher se semble pas être homme à hausser le ton pour rien. Mais celui qui connaît, à La Marsa, son quatrième club en Tunisie, ne décolère pas contre une équipe de France qu’il accuse de maltraiter l’image d’un pays. Deuxième partie de l’entretien que l’ancien avant-centre de Nice a accordé à Foot123. Avec une franchise rare dans le milieu.
Gérard Buscher, on dit que les entraîneurs français ont la cote en Afrique. Est-ce toujours le cas?
C’était le cas il y a quelques années encore, mais aujourd’hui ce n’est plus vrai. Il n’y a plus cet a priori positif, et on peut « remercier » l’équipe de France actuelle pour cela. Au-delà de ses résultats sportifs médiocres depuis sa finale du Mondial 2006, le comportement de ses joueurs laisse une image catastrophique de la France. Entre Knysna et les débordements de Nasri ou M’Vila, les Bleus se sont vraiment comportés comme des « clochards »! Je parle d’une pauvreté intellectuelle, évidemment.
En quoi cette image rejaillit-elle sur vous, entraîneurs français?
Mais moi, quand je parle de discipline, d’amour du maillot, de rigueur, les gens se marrent! Ils me disent que nous, Français, qui sommes si prompts à donner des leçons, on devrait déjà balayer devant notre porte, éduquer nos jeunes joueurs avant de venir dire ce qu’il faut faire à l’étranger. Ces « kékés de plage », qui n’ont jamais rien prouvé, ont massacré vingt ans de boulot d’éducateurs et d’entraîneurs, ici en Afrique. Je ne sais pas si on le réalise, ça, en France. Non, on préfère taper sur le PSG…
C’est-à-dire?
Ce que je trouve intéressant, dans le fait de vivre à l’étranger, c’est qu’on est confronté à d’autres manières de voir les choses, on adopte un autre point de vue. Et ce qui me frappe, ce sont les polémiques qui agitent le football français et qui n’ont, pour moi, aucun sens. Les Bleus, ça c’est un vrai problème. Mais le PSG, c’est une chance immense pour notre pays. Justement, c’est ce club qui fait qu’on parle du football tricolore positivement à l’étranger, qu’on oublie un peu l’équipe de France. On veut être compétitif en Coupe d’Europe? Alors on a le choix entre avoir 300 millions de déficit ou prendre l’argent des Arabes. Sinon, on reste ce qu’on était jusque là, avec des clubs même pas capables de gagner la coupe Chocolat, là, la Ligue Europa. Les Ukrainiens, les Portugais, les Russes la gagnent, nous non. Nous, on aime mieux critiquer Beckham, qui a fait l’unanimité partout, qui est un modèle de professionnalisme, qui est justement l’un de ceux capables de montrer à ces petits cons de Ménez et consorts ce que c’est qu’être footballeur. C’est bien dommage…
À Tunis, Jean BERTHELOT DE LA GLETAIS
Article paru sur Foot123.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s