Home

C’est dans une ambiance très tendue que s’est tenue, hier, la séance plénière du conseil régional d’ALPC. Le président de la région, Alain Rousset, a dû faire face au feu des critiques venant principalement des élus FN et LR, qui ont fini par quitter l’hémicycle.

« On va enfin pouvoir parler ! » La bravade d’Alain Rousset, au moment où les élus LR et FN quittaient la séance plénière du conseil régional d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC), hier après-midi, en dit long sur l’ambiance dans laquelle les débats s’étaient jusqu’alors déroulés. De 9 heures à 13 heures, d’interminables passes d’armes ont opposé les élus sur le sujet du « Poitou-Charentes Papers », pour reprendre le bon mot du Modem Joan Taris, évoquant là, bien sûr, les comptes de l’ancienne région. Avec un grand absent : Jean-François Macaire, son ultime président, dont la chaise vide a fait beaucoup parler.

« Nous allions droit dans le mur »

 Si les « ex » élus picto-charentais se sont faits très discrets durant ces échanges — ni Maryline Simoné, ni Joelle Averlan, ni Françoise Coutant n’ayant souhaité prendre la parole —, beaucoup d’autres voix se sont fait entendre. En point d’orgue, la diatribe de près d’une demi-heure de Virginie Calmels, élue LR, accusant Alain Rousset, le président de la région, de n’avoir rien ignoré des dérives picto-charentaises. « Vous avez fait équipe avec M. Macaire », a-t-elle rappelé, « Vous avez joué les pompiers pyromanes. Nous vous avons fait confiance, et nous avons été trompés. Vous n’avez pas diligenté un véritable audit », a-t-elle ajouté, considérant le travail du cabinet Ernst& Young, qui avait notamment évalué les retards de paiement de Poitou-Charentes à 132 millions, comme « non exhaustif ». Une accusation relayée par Olivier Chartier, conseiller LR de la Vienne et président de la commission des finances du conseil régional : « nous allons découvrir que la situation est plus dramatique. C’est ma conviction. S’il n’y avait pas eu la fusion avec les autres régions, nous allions droit dans le mur. »

« Personne ne savait ! »

Face à ces réquisitoires, c’est d’abord le PS Stéphane Delpeyrat qui est monté au créneau. « La nouvelle région présente une situation budgétaire que beaucoup d’autres nous envient », a-t-il d’abord rappelé, qualifiant ensuite de « cavalcade destinée aux médias » la sortie de Virginie Calmels. « Tout le monde me dit : on savait… mais personne ne savait ! Il y avait sûrement des soupçons mais rien d’étayé, même dans le rapport de la Chambre régionale des comptes, relisez-le », s’est défendu Alain Rousset. La suspension de séance permettant aux élus d’aller déjeuner aurait pu calmer les esprits : il n’en a rien été. Refusant de statuer sur les orientations budgétaires, le point majeur de l’ordre du jour initialement fixé, tant que les conclusions de la commission des finances sur les dettes de l’ancienne Poitou-Charentes ne seraient pas connues, les élus LR et FN ont donc quitté la séance plénière. La prochaine, fixée au 23 mai, s’annonce d’ores et déjà explosive…

 Jean Berthelot de La Glétais

 

Paru dans Le Courrier de l’ouest du 14 avril 2016

Les Nuits romanes au cœur des débats

Les Nuits romanes renaitront-elles de leurs cendres ? C’est en tout cas le souhait d’une partie des conseillers régionaux. Quand l’UDI Véronique Marendat demande à Alain Rousset de « revoir (sa) décision et de réunir un groupe de travail », Jean Dionis, élu UDI lui aussi, exige que leur suppression soit le fait « d’un choix démocratique » et non de l’exécutif. Et Virginie Calmels (LR) d’ironiser sur un budget dérisoire au regard, par exemple, « de la ligne ferroviaire Bedous-Canfranc qui coûtera 100 fois plus cher… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s