Home

Multimédaillée, Marie-Amélie Le Fur commentera les championnats du monde d’athlétisme handisport qui commencent vendredi. L’occasion de faire passer des messages forts…

 

C’est l’histoire d’une surdouée, une gamine qui, presque dès ses premiers tours de piste, tape dans l’œil de ses entraîneurs. L’athlétisme, commencé à 6 ans, révèle les aptitudes exceptionnelles de Marie-Amélie Le Fur : « elle était non seulement très douée, mais au-delà d’un potentiel, elle avait une volonté extraordinaire », se souvient Cyrille Nivault. Sapeur-pompier à la ville, cet entraîneur d’athlétisme prend en main la destinée sportive de la toute jeune fille pour l’amener vers de premiers sommets. Ce sont d’abord des titres départementaux, puis deux couronnes de championne de France, en cross pompiers et 500 m piste pompiers. Nous sommes en 2003, et Marie-Amélie Le Fur a 15 ans, la vie devant elle.

Une vie qui manque s’arrêter le 31 mars 2004 : renversée par un chauffard alors qu’elle se rend à l’entraînement en scooter, elle doit être amputée sous le genou gauche. Les médecins la préviennent : pour remarcher, il faudra plusieurs mois. Un an, au bas mot, pour courir de nouveau. « Quatre mois plus tard, elle reprenait l’entraînement ! Le signe d’un mental hors norme », salue Cyrille Nivault.

 

« Le handicap n’est pas qu’une perte »

 

« J’ai surtout eu la chance de pouvoir compter sur un entourage exceptionnel », estime Marie-Amélie Le Fur. « C’est grâce à lui que j’ai su accepter cette situation, avoir cette capacité de résilience et recourir, même si je l’ai fait au début simplement pour me faire plaisir. »  Sauf qu’un an après son accident, l’adolescente, qui s’est vu offrir sa première lame entre-temps — cette prothèse permettant de courir — devient vice-championne de France pompiers de cross. La Fédération française de handisport l’accompagne alors et, toujours sous l’égide de Cyrille Nivault, la jeune femme connait une réussite fulgurante : record de France du 200 m dès sa première course, record du monde du 800 m, Marie-Amélie Le Fur atteint ensuite la consécration lors des trois jeux paralympiques auxquels elle participe : deux médailles d’argent à Pékin en 2008, l’or sur 100m à Londres en 2012, puis sur 400 m et longueur en 2016 à Rio. Provisoirement retirée des stades, Marie-Amélie Le Fur enfilera le costume de consultante pour France Télévisions* lors des championnats du monde d’athlétisme handisport, qui commencent ce vendredi. « Une manière d’apporter une meilleure connaissance de notre monde », assure-t-elle. « De montrer l’aspect “majestueux” du handisport ». Majestueux ? « Oui, parce que le handicap n’est pas qu’une perte. C’est surtout le moyen de développer de nouvelles compétences, pour pouvoir s’adapter mentalement et physiquement ».

*Du 14 au 23 juillet à Londres, retransmis sur France Ô et France 3.

Paru dans Grazia juillet 2017

Textes Jean Berthelot de La Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s