Home
Photos Magali Maricot

Lancée à Bordeaux par deux jeunes entrepreneuses, la marque Purefood entend proposer des aliments de qualité adaptés aux besoins des sportifs.

Tout est parti d’un constat, un peu comme une évidence : dans les salles de sport, il est rare que l’on puisse acheter des aliments de qualité, la plupart des distributeurs étant remplis de barres chocolatées et autres sodas caloriques. « C’était soit ça, soit des poudres, des compléments hyper transformés. C’est quand même un paradoxe, à l’heure où manger local, bio, sain, est une envie forte pour la plupart des Français. Peut-être encore plus quand ils sont sportifs et souhaitent être bien dans leur peau ! » s’étonne Ariane Scarbonchi. À 25 ans, cette Poitevine arrivée à Bordeaux pour y suivre des études d’ingénieur agronome est aujourd’hui à la tête de Purefood, start-up qui entend proposer, précisément, des produits sains adaptés aux sportifs. À ses côtés, Manon Henocque, 27 ans, cofondatrice de la marque, venue, elle, du Havre avec un diplôme d’ingénieur pour suivre à Bordeaux un master d’entrepreunariat. Les deux jeunes femmes lancent à l’automne dernier leur site proposant des barres énergétiques, des jus antioxydants, des tranches de bœuf séchées, etc.

Envie d’aller plus loin

Le succès est au rendez-vous, mais très rapidement, Ariane, Manon et leurs clients les plus fidèles se retrouvent autour d’une envie commune : celle d’aller encore plus loin. « Nous sommes fières de tous les produits que nous avons vendus, mais, en discutant avec ceux qui sont vite devenus des habitués, nous sommes tombés d’accord pour dire qu’il y avait toujours un bémol, soit parce que le produit était importé, donc polluait plus par son transport, soit parce que tel ou tel ingrédient n’était pas si vertueux, etc. » En janvier dernier, les deux associées prennent donc une décision radicale : elles vont proposer leurs propres produits ! C’est le centre technique de recherche d’Agritech, à Agen, qui aide à la conception des barres énergétiques que proposera Purefood dès la rentrée prochaine, et à la mise au point du processus industriel. « Bien évidemment, nous utilisons des ingrédients bio, très peu transformés, simples, produits localement quand c’est possible. Notre première barre contient trois ingrédients, des dattes, des amandes, des noix de cajou, la deuxième du cacao cru, des protéines de chanvre et des graines de chia. À chaque fois, nous accompagnerons ces produits de recommandations expliquant qu’il vaut mieux les prendre avant ou après l’effort », poursuit Ariane. Signe que le marché existe pour Purefood, la campagne de crowdfunding lancée en mai a permis aux deux associées de recueillir les 8000 euros qu’elles espéraient en moins de 20 jours…

Paru dans Sud Ouest Le Mag

Texte Jean Berthelot de La Glétais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s