Home

Les élus d’opposition au Conseil régional ont tenu hier une conférence de presse pour charger la gestion socialiste et annoncer deux nouveaux recours dans l’affaire des comptes de l’ex Poitou-Charentes…

« Alain Rousset ne flèche pas l’argent public vers les bonnes infrastructures », ou encore « les dépenses de fonctionnement continuent de déraper » : pour leur rentrée médiatique, hier, les représentants des élus de l’opposition au Conseil régional ont semblé particulièrement remontés contre l’exécutif. Dans le rôle de l’artificier en chef, Virginie Calmels a chargé le président de la région et en particulier « les dépenses des services généraux, qui ne sont pas à proprement parler du service au public mais sont les fonctions supports, RH, communication, etc. Non seulement le regroupement des trois régions n’a pas permis de les réduire mais elles dépassent même largement la hausse de 1,2 % admise par l’État, ce qui veut dire qu’en plus la Nouvelle-Aquitaine va devoir payer un malus », tempête celle qui est encore pour quelques jours présidente du groupe LR au Conseil régional.

« Les trains fonctionnent moins bien qu’ailleurs »

Au-delà de cette charge, c’est une grande partie des choix, surtout économiques, opérés par la majorité socialiste qui cristallise le désaccord des élus de droite. « Nous croyons que le développement des entreprises passe par celui des infrastructures », a rappelé Virginie Calmels. « Les infrastructures routières, mais aussi ferroviaires, notamment : dans notre région, c’est un constat, les trains fonctionnent moins bien qu’ailleurs ! Et puis nous croyons urgent de développer le réseau très haut débit. C’est ce type d’investissement, beaucoup plus que les aides directes aux entreprises, qu’il faut privilégier. C’est cela qui met en relation les acteurs économiques, et qui, in fine, permet de favoriser l’emploi, et tout cela est, à notre avis, absent de la politique menée par Alain Rousset », a conclu Virginie Calmels.

Deux nouveaux recours

A l’expression de ces divergences parfois profondes est venue s’ajouter, encore une fois, celle de la question des finances de l’ancienne Poitou-Charentes. Les élus LR ont annoncé deux nouveaux recours juridiques contre la gestion de la région par Ségolène Royal et Jean-François Macaire. Le premier est adressé à la procureure de la République de Bordeaux. En août dernier, le tribunal administratif avait rejeté la demande des élus de l’opposition qui saisissent désormais le tribunal de grande instance. Moins attendue, leur missive au parquet national financier qui porte sur deux points précis : l’absence présumée de mise en concurrence des établissements bancaires dans le cadre des prêts consentis à l’ex-région et la perte de certains documents exigés par la chambre régionale des comptes, « égarés durant un déménagement », d’après les services de l’ancienne Poitou-Charentes. Autant d’anomalies potentiellement répréhensibles et qui relèvent de la compétence du Parquet national français…

Paru dans Le Courrier de l’Ouest

Textes Jean Berthelot de La Glétais

Photo Gabriel Taïeb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s